mercredi 26 octobre 2016

On est tous égaux même les femmes, épisode 5 : la professionnelle

Il y a quelques mois, alors que j'étais dans une impasse artistique dont je n'arrivais pas à sortir seule, j'ai décidé de prendre rendez-vous avec une professionnelle de la photographie pour ce que l'on appelle une lecture de portfolio. Dans mon idée, j'allais bénéficier de conseils, de pistes, d'un regard qui allait m'aider à avancer.
Ainsi fut fait. J'ai été reçue pour présenter mon travail.
Le verdict a été rapide et sans appel.  
Cadrages ratés, technique largement insuffisante, traitement colorimétrique mauvais, rien à sauver tant sur le fond que sur la forme. Je sais que je ne suis pas une grande technicienne mais quand même.
La professionnelle est... professionnelle. Froide et glacée, pas un sourire. Me précise qu'elle reçoit chaque jour des photographies de professionnels (eux?). Elle connait son travail. 
Dans ma tête je ne peux pas m’empêcher de penser qu'elle n'a pas l'air très heureuse, déformation professionnelle, d'habitude j'essaie de soigner les gens.
Je montre d'autres séries. Sans plus de succès. Bizarrement j'ai l'impression de rétrécir, je ne dois pas mesurer plus de 2 cm. La taille d'une vignette de planche contact.
Le couperet tombe : "Est-ce que vous vous définissez comme photographe ?"
Je ne me souviens même plus de ce que je lui ai répondu. Si quelqu'un sait répondre à une question pareille, je l'invite à me contacter d'urgence.
Au bout de 25 minutes l'affaire était pliée, j'ai pris ce qu'il me restait de dignité, je l'ai remerciée (mais pourquoi donc??) et j'ai filé sans demandé mon reste. 
C’était donc ça mon impasse, c’est que j’étais nulle à tous points de vue. J'ai pensé vendre mon appareil. Je ne l'ai pas fait. Mes proches m'ont remonté le moral. Elle me l'avait glissé quand je lui avait dit que j'avais  des bons retours sur mon travail : " oui enfin les proches, les amis..." 
Trois semaines plus tard j'ai décroché un lieu d'expo pour mon projet dans l'impasse. Un vrai lieu. Je suis même dans la programmation professionnelle.
Étrange non?
J'ai repensé à une histoire japonaise.
Un disciple qui voulait voir son maître est venu frapper à sa porte.
- Qui est là?
- Rinzo
- Va-t'en s'écria brutalement son maître et il accompagna le tout d'une insulte.
Rinzo s'en alla s'en comprendre et revint plusieurs  heures plus tard frapper timidement à la porte.
De nouveau le maître lui demanda:
- Qui est là?
- Rinzo
- Va t'en !
Et le maître ajouta plusieurs insultes méprisantes.
Rinzo s'en alla attristé et désemparé. Il passa toute la nuit à souffrir et à réfléchir.
Au petit matin les yeux gonflés, le cœur incertain, il alla une troisième fois frapper à la porte de son maître.
- Qui est là?
- Personne.. répondit faiblement Rinzo
- Ah Rinzo c'est toi, entre donc! répondit le maître. 

Extraite de l'excellent livre de Jean-Claude Carrière, Le cercle des menteurs

Pour l'expo c'est par là :







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire