samedi 15 juin 2013

A l'évidence







Ils se sont mis en route il y a longtemps. Ils étaient les enfants seuls qui jouent au grenier, les oubliés. 
Ils sont devenus les adultes qui lisent les lignes des mains. Ceux qui savent, devinent, comprennent. A l'évidence.
Ils sont arrivés à l'endroit où l'on donne asile
Ils ont vécu là aussi tranquilles que l'on puisse être
Mais, à l'évidence, partout la colère gronde râle et pleure
A l'évidence ils n'ont rien pu opposer que le silence
A l'évidence il n'y a rien à faire de soi-même qui encombre tant que de s'effacer lentement. Et disparaître.

Mais qui peut dire combien de temps dure la demi-vie de l'évidence?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire